Broyeur ou dilacérateur : quelles sont les différences ?

Broyeur ou dilacérateur : quelles sont les différences ?

Broyeur, dilacérateur ou broyeur-dilacérateur, tels sont les termes retrouvés dans les cahiers des charges définissant un appareil qui permet de réduire les particules solides du type filasse, lingette, plastique ou cailloux se retrouvant dans les eaux usées et boues chargées. Faisons le point sur ces différentes technologies.

Un peu de théorie

Les différences entre les familles de broyeurs et de dilacérateurs résident principalement dans le nombre d'arbre et de couteaux ainsi que dans leurs vitesses de rotation. Un broyeur pour eaux ou liquides chargées pour dispose de deux arbres parallèles et de nombreux couteaux tandis qu'un dilacérateur ne possède qu'un seul arbre et qu'un nombre assez faible de couteaux. On comprend immédiatement qu'une unité ne peut être qualifiée de broyeur dilacérateur puisqu'elle fait appel à deux approches différentes.

Le dilacérateur

Le dilacérateur est une unité composée d'un seul arbre qui se termine par une pièce disposant d'un nombre réduit de couteaux (4 à 6 généralement). La capacité de dilacération provient principalement de la vitesse à laquelle l'arbre et les couteaux tournent. Des vitesses de 400 à 600 tr/min sont souvent utilisées pour ce type de technologie avec des moteurs électriques plus importants qu'une solution de broyage. Une plaque sécatrice, située juste en aval des couteaux, permet de retenir les éléments plus conséquents nécessitant un tranchage par ceux-ci.

Le broyeur

Le broyeur, quant à lui, est une unité composée de deux arbres parallèles qui tournent habituellement à deux vitesses différentes et qui reçoivent un empilage de couteaux et d'entretoises. Chaque couteau se compose de plusieurs dents (de 3 à 17 dents, suivant les modèles) et peut être décliné en plusieurs épaisseurs (5,5 ; 8 ou 11 mm). Les vitesses de rotation sont inférieures à 100 tr/min pour les deux arbres avec une puissance électrique relativement faible, jouant sur le couple de broyage au travers d'un réducteur de vitesse.

Quels sont les principaux avantages du broyeur par rapport à un dilacérateur ?

  • Le broyeur va générer des éléments solides d'une taille bien définie. 6 à 10 mm pour des couteaux standards de 8 mm d'épaisseur avec 11 dents. Cet élément est très important lorsque l'effluent sera, par la suite, dégrillé en entrée de station d'épuration.
  • La dureté du métal utilisé, le nombre (élevé) et la vitesse (faible) de rotation des couteaux permettent de garantir une durée de vie inégalée.
  • Le maintien des arbres de part et d'autre de la chambre de coupe évite des efforts importants de flambage et d'éventuelles casses d'arbre.
  • Pas d'investissement financier complémentaire et surtout de maintenance importante d'un piège à cailloux, sans être certain que ce piège fasse parfaitement la retenue désirée. 
  • Une très faible consommation énergétique due à une réduction de vitesse très importante.

Pour répondre à tous besoins en matière de réduction des particules solides contenues dans les eaux usées et boues chargées, différentes solutions sont ainsi proposées par les fabricants:

Haut de page